Un accident arrive toujours sans crier gare, pour notre coeur également.

Une opération effectuée par des magiciens, une équipe médicale formidable, et nous voilà rassurés. Oui, mais plus tout à fait le même. Notre corps nous rappelle des limites que nous voulions ignorer. Un travail sur soi-même permet de nous re-situer, car dorénavant nous sommes « un patient » au sens médical du terme.

Toutefois, il est possible de vivre encore mieux qu’auparavant en s’organisant différemment. Plus à l’écoute de la vie, de son corps, plus disponibles pour la réflexion, nous retrouvons des valeurs dont le stress de tous les jours nous avait fait oublier l’existence.

Parmi les mesures pertinentes, un entraînement physique est important, afin d’entretenir ce muscle vital qui a été malmené, le coeur.

Les cours de gymnastique organisés par l’Association de Réadaptation Cardio-Vasculaire ARCV-Genève, à titre de maintenance, et adaptés aux personnes ayant une faiblesse cardiaque, permettent de maintenir une forme physique que nous ne connaissions plus. De plus, il est possible de contrôler hebdomadairement une éventuelle baisse de forme et de réagir rapidement auprès de son cardiologue.

Selon le dicton « à tout malheur quelque chose est bon », de l’accident cardiaque peut découler une meilleure qualité de vie. Je souhaite que toute personne concernée par cette faiblesse cardiaque trouve la même sérénité et pourquoi pas rejoigne de nouvelles connaissances au sein de l’ARCV-Genève.